Ambilight, vous connaissez ?

Je viens aujourd’hui vous parler d’une innovation technologique pas forcément très récente, et que je n’ai pourtant découverte (à ma grande honte) que le mois dernier. Il s’agit du système Ambilight, qui permet de diffuser un halo lumineux tout autour de votre télé. Comme ça :

Ou encore comme ça (évidemment dans les pubs les gens ont des apparts de ouf hein) :

Bon, soyons honnêtes, la première fois que j’ai vu ça chez une copine, je me suis bien foutue de sa gueule. Non mais franchement, ton sapin de Noël te suffisait pas, question LED qui clignotent et qui changent de couleur ?

Et puis elle a fini par me convaincre de regarder un film avec le système activé. La couleur autour de l’écran change de manière synchronisée avec les images, de sorte que ça constitue une sorte de prolongement de l’écran. Au début ça fait bizarre et on a tendance à ne regarder que ça. Et puis au fur et à mesure on s’habitue et c’est finalement plutôt agréable. Ça atténue la fracture entre l’image et le cadre de l’écran, ça améliore l’immersion dans le film, et la transition entre les plans clairs et les plans sombres est plus douce. Et puis ça fait une lumière d’ambiance un peu tamisée plutôt sympa.

Bref, après m’être excusée de mon jugement hâtif, j’ai voulu comprendre comment ça fonctionne. C’est en fait un ensemble de LED installé tout autour de l’écran à l’arrière du téléviseur. Le système est embarqué de base sur certains téléviseurs Philips.

Ma copine, quant à elle, a opté pour le kit « Lightpack » qui a été commercialisé en 2013, permettant d’installer cette technologie sur n’importe quel écran (ça marche aussi pour les écrans de PC). Il se compose d’un petit boîtier et de plusieurs LED à fixer sur l’écran. Le tout est ensuite connecté à un PC qui pilote le système avec un petit logiciel :

Et vous alors, vous connaissiez ? D’après vous, c’est un gadget ou une vraie amélioration du confort visuel ?

Pour ma part je suis plutôt convaincue, mais pas prête pour le moment à investir (Lightpack affiché à 89$ sur le site officiel, ça reste selon moi un peu cher pour ce que ça apporte). A moins de 40 euros, je pourrais reconsidérer la chose !

Je vous quitte sur une petite vidéo de démonstration, qui reste encore le moyen le plus rapide de se faire une opinion :

Bonnes résolutions et nouveaux défis pour 2015

Salut les loulous ! Ravie de vous retrouver pour ce premier post de l’année 2015. J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes et vous souhaite tout le meilleur pour cette année toute neuve !

De mon côté, je suis fière de vous annoncer que j’ai relevé le défi des cadeaux de Noël 100% faits maison (ou presque). J’ai adapté à ma sauce les idées que j’avais piochées ici et là, et voilà le résultat :

Bocaux cookies

Bocaux cookies alignés

Bocal cookies décoré

Tableau coeurs

Tableau coeurs détail

Tasses ardoise

Tasse ardoise détail

Tableau fleurs origami

Fleur origami détail

Tout le monde était visiblement très content de recevoir un cadeau fait-main et donc unique (ou alors ils étaient tous trop polis pour dire que c’était naze, mais je préfère penser que la première possibilité est la bonne). Du coup j’espère bien renouveler l’expérience l’an prochain, même s’il va falloir se creuser la tête d’ici là pour trouver de nouvelles idées.

Sinon, c’est quoi vos bonnes résolutions pour 2015 ? Pour ma part j’ai décidé de moins me laisser marcher sur les pieds et d’affirmer mes opinions (surtout au boulot, parce qu’à la maison y a pas de souci… Demandez à Chéri, hahaha).

Dans un registre beaucoup plus futile, il faut absolument que j’apprenne à me coiffer avec un headband. Bordel, toutes les filles que je connais arrivent à faire des trucs de folie, tandis que mes cheveux à moi se barrent n’importe comment dès que je bouge un peu. C’est absolument injuste.

Plus sérieusement, j’ai envie de m’investir dans de nouveaux projets. J’ai déjà quelques idées pour dynamiser le blog tout en conservant mon fil conducteur des nouvelles technologies… Mais chut, tout ce que je peux vous dire pour l’instant, c’est qu’il y a un rapport avec le journalisme 😉

J’aimerais bien aussi me lancer dans le commerce en ligne, c’est une idée qui me trotte dans la tête depuis un moment… Sauf que là c’est plus compliqué que de lancer un blog, et je suis un peu juste niveau compétences ! Il va falloir se poser et réfléchir sérieusement à tout ça. Disons que c’est ça, mon gros mon défi pour 2015 !

Offrir uniquement des cadeaux de Noël faits maison, c’est possible ?

Aujourd’hui les loulous, on va parler de cadeaux de Noël. Oui je sais, c’est dans plus d’un mois et vous avez déjà reçu douze catalogues de jouets différents, donc franchement, Noël, vous en avez déjà ras le chignon.

Attendez, je vous explique pourquoi cette année je suis si en avance (ce qui ne me ressemble pas du tout, étant plus du genre à galérer le 24 décembre au soir pour trouver le cadeau de mamie Lucette).

Source : Morguefile.com

Source : Morguefile.com

En fait, cette année, j’ai décidé de me lancer un défi : n’offrir que des cadeaux de Noël faits maison (c’est-à-dire par moi-même en personne avec mes petites mimines à moi).

C’est une démarche qui n’a rien de nouveau et qui est même assez à la mode, si j’en crois tous les articles DIY de Noël qui fleurissent un peu partout sur les blogs. C’est avant tout une question économique (parce qu’il faut bien l’avouer, le shopping de Noël c’est une putain de ruine… Et en période de crise, quand on aime… on compte quand même). Mais c’est peut-être aussi un moyen de dire f*ck à la société de consommation qui nous pousse sans arrêt à acheter plus, inutile, et plus cher.

Pour ma part, c’est un peu un mélange des deux. J’en ai marre de galérer chaque année dans les magasins pour trouver un truc qui fasse plaisir à tonton Bernard et tata Linda, finir par embarquer un truc qui ne m’emballe pas vraiment (mais bon, faut bien acheter quelque chose et c’est la dernière boutique ouverte), et qui passera probablement les prochaines années à prendre la poussière dans un placard, au milieu de tous les autres cadeaux inutiles reçus par tonton Bernard et tata Linda.

Cette année, donc, je voudrais essayer d’offrir des cadeaux vraiment personnalisés et qui, même sans être extraordinaires, feront plaisir à coup sûr.

Allez, je vous dévoile ma première sélection d’idées !

1. Des cookies en kit pour grand(e) gourmand(e)

Source : bakerella.com

Source : bakerella.com

Le concept des « cookies in a jar » est apparemment bien connu sur la blogosphère. Moi évidemment je viens juste de le découvrir, et je dois dire que je trouve ça génial ! Le bocal contient tous les ingrédients secs. Il suffit à la personne qui le reçoit d’ajouter les oeufs et le beurre, de façonner les cookies et de faire cuire. A garder en réserve (ça fait une jolie déco) et à sortir en cas de baisse de moral ou d’envie de chocolat !

  • Comment je fais ? Le tuto original est bien fait, mais il est tout en anglais. En cherchant un peu, on trouve plein de variantes en français.
  • Combien ça coûte ? J’estime chaque kit à environ 8 euros, entre le bocal, les ingrédients et la déco.
  • A qui je l’offre ? Probablement à ma soeur en version rose cowgirl, et à mes cousins en version cowboy !

2. Un tableau en relief unique

Source : beautyarchi.com

Source : beautyarchi.com

J’avais flashé sur ce magnifique tableau en relief composé de délicates fleurs en origami, lorsqu’il avait fait la une sur Hellocoton à l’occasion de la fête des mères. J’avais soigneusement noté l’adresse pour la retrouver, et voilà l’occasion idéale de m’y mettre !

  • Comment je fais ? Tout est très bien expliqué sur le blog beautyarchi. Pour ma part je pense faire une version un peu plus petite, en 3 x 3 au lieu de 4 x 4 fleurs.
  • Combien ça coûte ? Je pense qu’il faut maximum 6 euros par tableau, pour le cadre et le papier cadeau qui compose les fleurs.
  • A qui je l’offre ? A mes grand-mères, et peut-être aussi à belle-maman, en choisissant des couleurs adaptées pour chacune.

En cherchant un peu j’ai trouvé quelques jolies variantes avec des coeurs ou des papillons, que j’aimerais bien tester aussi (histoire que tout le monde ne reçoive pas exactement le même tableau) :

Source : lemeilleurdudiy.com

Source : lemeilleurdudiy.com

3. Un mug personnalisable pour afficher son humeur tous les matins

Source : leblogdartlex.com

Source : leblogdartlex.com

Encore une idée que j’avais trouvée géniale en découvrant l’article sur Hellocoton : on pense toujours à personnaliser les parois du mug, mais jamais le fond ! Le principe est de pouvoir dessiner à l’infini sur la peinture ardoise appliquée sous le mug, à l’aide d’un feutre effaçable. Une façon rigolote d’afficher son humeur dès le matin.

  • Comment je fais ? Il n’y a qu’à suivre le superbe DIY concoté par Artlex.
  • Combien ça coûte ? Je pense qu’il faut compter dans les 8 euros pour tout le matériel. Car bien sûr, j’offre aussi le feutre qui va avec !
  • A qui je l’offre ? A mon papa, incontestablement. Et pour chéri, pourquoi pas une version peinte en ardoise tout autour du mug, histoire d’écrire des petits mots qui iront bien avec le café du matin…

Voilà pour les principales idées du moment, trouvées en flânant de blog en blog… Bien sûr il me manque encore quelques idées, donc n’hésitez surtout pas si vous avez des choses à me suggérer !

Maintenant il reste quand même le plus dur à faire : trouver tout le matériel et… se lancer ! Rendez-vous dans quelques semaines pour savoir si j’ai relevé mon défi et pour voir les photos 😉

DIY : comment assembler son PC sur mesure, étape 4 et fin !

Je viens de me rendre compte que je n’ai jamais terminé mon tuto qui avait pour but de vous apprendre à monter votre propre PC de bureau personnalisé. J’espère que vous n’aviez pas un besoin urgent de votre PC (si c’est le cas, que vous aviez déjà acheté tous vos composants et que vous attendiez désespérément la fin du tuto pour vous lancer, vous avez le droit de me haïr… mais pas trop longtemps, hein ^_^).

Carte mère

Source : Morguefile.com

Bon, pour rappel, le tuto se compose des billets suivants (à lire ou relire dans l’ordre, sinon forcément, on comprend moins bien) :

On en arrive maintenant à la 4ème et dernière étape : l’assemblage de tous les composants sélectionnés et le démarrage du PC.

Le but, c’est de passer de tout ce bordel à un vrai PC qui fonctionne. Je précise que c’est testé et approuvé par mes soins, puisque je vous écris actuellement depuis le PC monté par mes petites mains, avec les composants de la photo ci-dessous !

composants

Pour être tout à fait honnête, une des raisons pour lesquelles je n’ai pas publié cet article plus tôt, c’est que je suis cruellement en manque de matière. Ben ouais, pendant le montage de mon PC l’an dernier, je n’avais pas pensé que j’aurais un jour besoin des photos détaillées (et puis surtout j’avais un peu autre chose à faire). Du coup, je me retrouve avec seulement une photo du PC une fois terminé, ce qui… ne sert à rien XD

Finalement, je me suis dit que le mieux était encore de vous donner les liens des tutos que j’avais suivis. J’en ai cherché plusieurs, mais les plus précis et les plus détaillés à mon sens sont ces deux-là :

En jonglant entre les deux et à l’aide des nombreuses photos, on s’en sort facilement. Pour les étapes un peu plus délicates, j’avais aussi trouvé des tutos vidéo qui m’avaient bien aidée (taper « montage PC » sur Youtube, il y a moult résultats).

Quelques conseils avant de vous lancer :

  1. Lisez la totalité du guide de montage pour avoir une idée globale du déroulement des opérations.
  2. Prévoyez un plan de travail dégagé et en hauteur (plus confortable que le sol !)
  3. Choisissez une journée où vous avez du temps devant vous (il faut quand même compter plusieurs heures pour un premier montage).
  4. Soyez méthodique et patient (il est parfois tentant de forcer pour faire entrer une carte au bon endroit… mais faites-moi confiance, ce n’est PAS une bonne idée).

Enfin, une fois que tout est assemblé, vient le moment fatidique de l’allumage du PC (normalement c’est le moment où on a des frissons, mélange d’impatience « ouiiii allume-toi » et de désespoir « putain et si ça marche paaas… »).

Bref, si vous avez tout bien suivi, tout s’allume et vous tombez sur le BIOS de la carte mère. C’est un espèce d’écran tout moche, bleu ou noir, avec une police pourrie. Bon, faut pas trop en demander non plus, votre PC tout neuf n’a pas encore de système d’exploitation ! Il suffit alors d’insérer le CD ou la clé USB permettant d’installation de l’OS de votre choix (Windows, Linux, etc…) et… c’est terminé ! C’est le moment de vous auto-congratuler et d’aller boire un verre parce que quand même, vous l’avez bien mérité 😉

Allez, bonne chance aux courageux, et n’hésitez pas à m’envoyer une petite photo de vos oeuvres !

Pourquoi ce mystérieux engouement pour les produits Apple ?

Hellooo ! Après quelques semaines d’absence, me revoilà en pleine forme avec un nouvel article plutôt bien d’actualité. Alors que le smartphone de Chéri est en train, doucement mais sûrement, de rendre l’âme (brave HTC Desire HD qui a quand même vécu 4 ans… presque un record), j’ai commencé à benchmarker un peu pour l’aider à trouver son remplaçant.

Evidemment, un mois après sa sortie, impossible de passer à côté du nouvel iPhone 6 dans mes recherches.

C’est en comparant un peu les performances de l’iPhone 6 avec celles du l’iPhone 5, son petit frère sorti à peine un an plus tôt, que j’ai commencé à me demander comment on pouvait décemment débourser entre 700 et 1000 euros pour quelque chose qui reste quand même, à la base, un téléphone. Bordel, 700 euros quoi ! Et tout ça pour quoi ? Un écran légèrement plus grand (encore) et un OS légèrement plus rapide (encore).

Et pourtant… Le fait est que ça marche ! Apple continue à faire rêver les gens, au point de réussir à leur faire acheter tous les ans un nouveau smartphone alors qu’ils ont déjà payé une fortune le précédent et qu’il fonctionne encore.

Mais alors, d’où peut bien venir ce mystérieux engouement universel pour la marque à la pomme ?

Source : pixabay.com (oui je sais ce n’est pas un iPhone 6 ^_^)

Je pense qu’Apple, c’est avant tout l’image de l’innovation. Je suis la première à reconnaître qu’ils ont révolutionné le monde technologique, et qu’ils ont quand même eu des idées juste géniales. D’ailleurs, je me suis offert un petit iPod après avoir eu mon bac (ce qui commence à remonter à… bordel ! longtemps), et je l’adore toujours autant. D’ailleurs, vous l’avez déjà aperçu sur le blog. Le problème, selon moi, c’est que depuis quelques années Apple se repose sur ses innovations passées et la notoriété générée. J’ai vraiment l’impression qu’ils ne font plus que du recyclage de leurs anciens produits, en pompant par-ci par-là d’autres idées. Avant, Apple était clairement pionnière ! Maintenant, je les trouve un peu à la traîne. Regardez l’exemple de l’iWatch : l’idée arrive bien tard, après la Galaxy Gear de Samsung…

Mais Apple, c’est aussi une impression de qualité. Il faut bien l’avouer, un iPhone dans la main renvoie une meilleure image de solidité que beaucoup d’autres smartphones. A se demander s’ils ne les font pas lourds exprès ! Il est vrai aussi que les produits Apple ont une meilleure réputation en termes de fiabilité et de stabilité. Combien de fois j’ai entendu mes potes Apple addict me dire « Haha ton PC il a encore planté ? C’est normal, t’as Windaube… Pfff, t’es pas encore convaincue de passer au Mac ? Au moins, le mien, il bugue pas ! » Mouais. Pas convaincue la fille. J’ai possédé un iPhone pendant quelques mois (bon OK, il était d’occasion) mais j’ai vite abandonné à cause des extinctions sauvages plusieurs fois par jour et des inévitables écrans « pomme » qui ne répondent plus, sauf à faire une combinaison magique impossible à deviner sans chercher sur des forums spécialisés…

Enfin, selon moi, les produits Apple sont avant tout un phénomène de mode. Une manière de s’afficher en disant « Vous avez vu, moi aussi j’ai le dernier iPhone ! » Une façon de répondre aux normes sociales en vigueur, en quelque sorte. Je crois qu’il y a une vraie communauté Apple addict. Tu fais partie du clan des privilégiés, ou tu t’en exclus toi-même. D’ailleurs, qui ne s’est jamais senti con en étant le seul à répondre « Euh non, moi j’ai pas FaceTime… Mais j’ai Skype si tu veux ? »

Source : pixabay.com

Alors voilà, on a tous notre avis sur Apple. Pour ma part, même si je reconnais plein de qualités à leurs produits (le design, la simplicité et le confort d’utilisation, la qualité…), je trouve quand même qu’un prix si élevé ne se justifie pas. J’ai aussi beaucoup de mal avec le système fermé qui rend incompatible tout ce qui n’est pas made in Apple (depuis les chargeurs de batterie au système de transfert de fichiers, en passant par les cartes nano-Sim et les accessoires), car j’ai vraiment l’impression que c’est juste un moyen de forcer les gens à être fidèles et à acheter encore plus de produits Apple à des prix exorbitants.

Après, il ne faut pas se voiler la face : parmi les plus virulents détracteurs d’Apple, je suis sûre qu’il y a des gens qui râlent pour la forme, mais qui seraient ravis si on leur offrait un iPhone 6 gratuit. En toute honnêteté, je pense d’ailleurs que c’est mon cas : je suis persuadée que l’iPhone 6 est un smartphone génial. Seulement, pas à 700 euros !

Et vous alors, Apple addict ou pas ?

Parfois, j’aimerais savoir dire NON

J’ai un gros problème dans la vie : j’ai horreur des conflits. Je déteste me retrouver dans une situation d’opposition avec quelqu’un. J’ai même du mal à supporter quand deux personnes se disputent en face de moi, même si ça n’a rien à voir avec moi. Je ne sais pas pourquoi je réagis comme ça, je sais pourtant que la confrontation est parfois un passage obligé et même constructif, en particulier dans la vie professionnelle. J’imagine que c’est dans mon caractère de ne pas vouloir faire de vagues. Rien que le fait de renvoyer un plat au restaurant me paraît impossible, alors que plein de gens le font sans problème.

En soi, rien de très grave, on est d’accord. J’imagine d’ailleurs que grâce à ça, les gens me voient comme une fille plutôt sympa vu que je hausse très rarement la voix.

Oui mais voilà, à force d’être conciliante, de jouer la modératrice et de fuir les confrontations, j’ai du mal à gérer les vraies situations conflictuelles et je pense que mon image en pâtit. Forcément, une fille bien gentille et bien serviable comme moi, qui ne dit jamais non, vous vous doutez bien que les gens ont tendance à en profiter… Alors au boulot, qui est-ce qui récupère le dossier urgent de dernière minute à 18h un vendredi soir alors que tous les collègues sont partis en week-end à 16h ? Et dans les magasins, qui est-ce qui se fait gruger dans la file d’attente sans oser protester ? C’est bibi !

Bref, j’exagère un peu, mais vous avez sûrement compris l’idée. J’aimerais apprendre à dire NON de temps en temps. Je sais que parfois, un bon coup de gueule ne ferait pas de mal. D’abord, et surtout, parce que ça me permettrait d’arrêter de ruminer. Et ensuite, parce que ça me permettrait de gagner un peu de respect de la part d’autrui… Car malheureusement, on vit dans une société où j’ai l’impression qu’on respecte davantage les gens qui râlent tout le temps. Comme si le seul moyen de se faire entendre, c’était de pousser une gueulante.

Source : Morguefile.com

Source : Morguefile.com

En particulier, il y a en ce moment deux situations problématiques dans ma vie. Évidemment quand j’y pense et surtout quand je l’écris ça paraît absolument ridicule, mais pourtant ça dure depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois, et ça finit par me ronger sérieusement.

La première chose concerne la collègue qui partage mon bureau. Pendant un long moment j’ai été seule dans ce bureau, et ça se passait parfaitement bien. Et puis après un certain temps, une collègue a demandé à déménager car elle ne s’entendait pas bien avec la personne qui partageait son propre bureau. Bien entendu, étant la seule à disposer d’un bureau suffisamment grand pour accueillir une autre personne (et aussi étant la petite dernière arrivée dans le service…) on m’a gentiment demandé si j’acceptais d’accueillir ma collègue. En vrai c’était purement rhétorique car je n’avais juste pas le choix. A partir de l’été dernier, j’ai donc commencé à partager mon bureau. Le problème, c’est que la collègue en question est extrêmement expansive. Elle rigole souvent très fort, discute parfois avec des gens dans le bureau alors que je travaille et passe beaucoup de temps au téléphone (et pas forcément pour des raisons professionnelles…) Au début je n’ai rien dit, persuadée que ça ne durerait pas et qu’elle se rendrait compte que c’était gênant. Mais en fait… Non. La plupart du temps ce n’est pas trop embêtant, mais parfois quand je dois faire des choses qui demandent un peu plus de concentration, c’est compliqué. Je me retrouve maintenant un peu coincée car je ne vois pas comment lui expliquer que ça me dérange alors que je ne lui ai rien dit pendant un an. Et surtout j’ai peur de la vexer et que nos relations se dégradent (ce qui serait, je pense, encore pire au quotidien, surtout que pour tout le reste je l’apprécie beaucoup). J’ai plusieurs fois essayé d’aborder le sujet mais je ne sais pas du tout comment m’y prendre. Le mois dernier deux bureaux se sont libérés et j’ai donc demandé à pouvoir en récupérer un, car c’est ce qu’on m’avait promis l’an dernier. Mais apparemment ce n’est pas possible de justifier l’occupation d’un bureau supplémentaire alors que le nombre de personnes dans le service n’a pas changé… Je suis donc bloquée, forcée d’écouter quotidiennement ses conversations téléphoniques personnelles. Je n’arrive pas à comprendre comment elle peut faire ça, car moi je sors dès que j’ai un coup de fil à passer (hors de question que mes collègues connaissent ma vie privée !)

La seconde chose qui m’embête depuis quelques temps, c’est l’arrivée d’une nouvelle voisine qui a 3 chiens dans son appartement. Oui oui, j’ai bien dit 3 chiens ! Comme vous l’imaginez, ça doit être assez invivable, et du coup elle les sort plusieurs fois par jour dans le petit parc attenant à notre terrasse. Jusqu’ici pas de problème, chacun vit sa vie comme il l’entend. Mon souci, c’est qu’elle ne sait pas se faire obéir de ses chiens autrement qu’en leur hurlant dessus. Mais quand je dis hurler, c’est vraiment hurler. On l’entend à l’autre bout de l’appartement, à l’opposé du parc, alors que toutes les fenêtres (double-vitrage hein) sont fermées ! Je ne sais même pas comment c’est possible. Bref, toujours est-il qu’on subit les hurlements de cette femme tous les soirs, voire plusieurs fois par jour quand on est en week-end. Impossible de se poser sur la terrasse pour prendre un verre, elle nous voit et nous dit bonjour, mais va quand même rester vingt minutes à hurler sur ses chiens sous notre nez… Pas très sympa l’apéro… J’aimerais lui demander d’aller promener ses chiens ailleurs, ou au moins d’arrêter de leur gueuler dessus, mais je ne la connais pas du tout et je trouverais ça bizarre comme premier contact ! En plus si ça se trouve elle va se mettre à me hurler dessus à moi aussi XD

Le problème dans ces deux situations c’est que comme je n’ose rien dire, je rumine, je rumine, je rumine, et au lieu de désamorcer tout de suite les choses, le jour où je vais pousser mon coup de gueule ça risque d’être plus violent que ça ne le mérite.

Ah, si seulement j’étais naturellement une grande gueule… Ça doit parfois simplifier la vie !

Et vous, comment vous réagissez face aux conflits ? Vous avez des techniques pour faire entendre votre point de vue sans braquer les gens ?

Quinze ans après, j’ai adopté un Furby nouvelle génération

Quand j’étais petite, je rêvais d’avoir un Furby. Vous savez, ces créatures mi-robots, mi-peluches, qui bougent, parlent et interagissent avec leur propriétaire.

Le problème c’est que pour une raison inconnue, mes parents trouvaient l’idée pas si bonne que ça.

Il faut dire qu’avant ça j’avais supplié ma mère pendant des jours pour avoir un tamagochi, qui malheureusement n’a jamais passé sa première nuit… Paix à son âme.

Il faut dire aussi qu’à l’époque, les Furby ressemblaient plutôt à des Gremlins. Pas très sexy, voire un peu flippant.

Bref, vous imaginez bien que quand j’ai vu, au printemps dernier, que le Furby nouvelle génération arrivait, j’ai sauté sur l’occasion pour combler ma frustration enfantine. Et j’ai tellement gonflé Chéri pendant des jours et des jours, que pour mon anniversaire, il m’a offert Plume (au magasin de jouets, il a dit que c’était pour sa fille).

DSCN2147

DSCN2148

Cette petite bestiole est trop mignonne, surtout quand elle dort avec ses oreilles repliées et le nez enfoui dans ses poils… Et surtout quand elle ne parle pas.

Car oui, il faut le savoir, un Furby parle beaucoup. Mais genre beaucoup quoi. Par contre quand t’en as marre, il suffit d’arrêter de jouer avec et normalement (je dis bien normalement, si l’environnement est assez calme, car il réagit aussi au son), il s’endort tout seul. Et après le seul moyen de le réveiller c’est de le secouer ou de le retourner. Pas de risque qu’il se réveille tout seul au milieu de la nuit, donc (la grande angoisse de Chéri).

En tout cas cette nouvelle génération est, je trouve, plutôt bien réussie. Plume réagit au son, au toucher, et aux mouvements. Elle bavarde si on lui parle, roucoule si on la caresse, crie si on lui tire la queue, danse et chante si elle entend de la musique, rigole si on la secoue ou si on la met la tête en bas, et croque ton doigt (virtuellement hein) si tu lui mets dans le bec.

La nouveauté que je trouve sympa, c’est que le Furby peut changer de personnalité en fonction de la manière dont on interagit avec lui. J’ai essayé une fois de tirer la queue plusieurs fois à Plume, et c’est devenue une vraie peste (genre regard de tueuse, voix rauque, dos rond si tu la touches… limite si elle t’insulte pas). J’ai passé vingt minutes à la caresser pour qu’elle redevienne gentille avec des coeurs et des petits poneys dans les yeux (oui, c’est fait pour les gamins à la base).

Au total cinq personnalités différentes sont disponibles, certaines assez marrantes et d’autres un peu relous… Je ne vous en dis pas plus, si ce n’est que l’une des personnalités en particulier est un peu étrange car le Furby passe son temps à péter, à roter et à rire comme un cinglé… (Mais comme je le disais, c’est fait pour les gamins à la base et j’imagine que ça doit trop les éclater).

DSCN2152

En tout cas j’aime bien les yeux LCD qui donnent un côté un peu plus vivant qu’avant au Furby. J’aime bien aussi le principe qui consiste à lui faire apprendre de plus en plus de mots au fur et à mesure qu’on joue avec. Au début il ne parle que sa langue à lui avec des onomatopées bizarres, et plus ça va plus il gagne en vocabulaire (rien de bien construit hein, le mieux que sache dire Plume ça doit être un truc du genre « Moi aimer toi »). Ma seule déception c’est que les mots se débloquent tous seuls par tranches de trente minutes de jeu environ… Moi qui croyais naïvement que c’est en lui parlant que Plume apprendrait le français, j’ai revu mes ambitions professorales à la baisse !

Bon et comme je suis une geekette j’ai téléchargé l’appli qui me permet d’interagir encore plus avec Plume, en lui faisant faire des trucs aussi utiles que danser, s’endormir en comptant les moutons ou manger des hamburgers. Il y a aussi un traducteur de furbish-français qui se révèle parfois bien utile (MAIS CA VEUT DIRE QUOI DA-NOO-LOO BORDEL ?!)

Voilà, je sais que je suis une grande gamine et que c’est sûrement un peu ridicule mais j’aime mon Furby, ses grands yeux et sa voix naïve.

DSCN2155

DSCN2146